ecomobilité scolaire

Les déplacements actifs sont d’excellents supports pour faire prendre aux enfants de bonnes habitudes pour leurs déplacements, comportements qu’ils reproduiront dans leur vie future. C’est aussi un moyen d’apprendre la rue aux enfants, pour une prise de conscience des dangers et l’acquisition des bons réflexes et automatismes. Cela permet d’apprendre à connaître son quartier et sa ville. Les élèves venant à pied ou à vélo acquièrent ainsi une meilleure perception de l’espace et un meilleur sens de l’orientation. Les modes actifs sont enfin de formidables moyens pour développer l’autonomie et les capacités d’adaptation de l’enfant.

Des études montrent aussi que les élèves pratiquant une activité physique pour se rendre à l’école (marche, trottinette, vélo) sont plus attentifs que ceux venant en voiture, en bus ou en car. Sans compter que l’exercice physique est nécessaire pour le bon développement et la santé de l’enfant et des adolescents.

En France, 90 % des parents résident dans un périmètre de moins d’un kilomètre autour de l’école élémentaire de leur enfant (INSEE). 70% des élèves du premier degré vont à l’école en voiture pour des trajets en moyenne inférieurs à 1,5 km (ADEME).

La convergence de véhicules vers les écoles au même moment engendre à la fois une concentration importante en polluants (surtout avec des moteurs encore froids) mais aussi une insécurité et des risques élevés d’accidents. Les jeunes enfants dépassant tout juste de la hauteur d’un capot de voiture, le risque d’accident provient souvent du véhicule de leurs propres parents, masquant les enfants qui vont traverser, scénario malheureusement bien trop fréquent.

Il y a donc de multiples intérêts à limiter l’accompagnement scolaire en voiture au profit des modes actifs.