stationnement en gare

Avec le manque d’aménagements cyclables sécurisés, le vol des vélos est un des principaux freins à l’utilisation du vélo. Ceci est d’autant plus important aujourd’hui avec les Vélos à Assistance Electrique (VAE) dont le prix est loin d’être négligeable. Les VAE permettent aussi de venir de plus loin et de gommer certains reliefs.

En l’absence de stationnements adaptés et sécurisés, les usagers ont le choix : prendre leur vélo à bord des TER ou renoncer tout simplement à prendre le vélo pour se rendre à leur gare. Ils prennent alors leur voiture et il faut prévoir des parkings pour toutes ces voitures, ce qui génère des coûts non négligeables pour la commune d’implantation de la gare.

Pour le stationnement des vélos en gare, sur les pôles d’échanges multimodaux, les arrêts de bus ou de car, et même sur les aires de covoiturage, plusieurs solutions peuvent être proposées, certaines complémentaires des autres :
    ° simples arceaux à vélo,
    ° abris individuels dans les petites gares (boxs),

    ° abris sécurisés de 10 à 20 places dans les gares intermédiaires,
    ° garages collectifs sécurisés de plusieurs dizaines de places dans les gares moyennes et importantes
    ° service de gardiennage de vélos.

Considérant que ces équipements sont potentiellement soumis aux dégradations et au vandalisme, il faut éviter les systèmes trop sophistiqués. Sans limiter l’innovation, les systèmes les plus simples sont d’une part les moins coûteux et souvent les plus efficaces = arceaux en U renversé notamment.

L’implantation des stationnements vélos et le choix des équipements doivent être également bien réfléchis. Si on veut favoriser un mode, en l’occurrence les modes actifs, il faut lui donner des avantages « concurrentiels ».

Le stationnement des vélos doit :
    ° être placé au plus près des quais de la gare ou du pôle multimodal (et pas au fond des parkings voitures !),
    ° être facile d’accès,
    ° être placé à un endroit visible et fréquenté, avec un « contrôle social » comme disent nos voisins belges, c’est-à-dire avec du passage qui dissuade les éventuels voleurs,
    ° avoir des supports à vélos permettant d’accrocher le vélo en deux points (cadre + 2 roues),
    ° offrir des arceaux à l’extérieur des abris sécurisés pour les voyageurs occasionnels sans badge,
    ° permettre de voir ce qui se passe à l’intérieur des abris,
    ° permettre des évolutions futures de capacité ou de type de stationnement.